Premiers agréments pour l'emploi de joueurs professionnels eSport !

Premiers agrments pour l'emploi de joueurs professionnels eSport !

10 janvier 2018

Si l'Europe, et la France plus particulièrement, apparaissent encore en retrait par rapport à l'Asie et à l'Amérique du Nord sur l'organisation de l'eSport, les causes habituellement mises en avant sont le nombre moins importants de joueurs ou d'événements dédiés aux jeux compétitifs. En réalité, il y avait également un retard dans la prise en compte de ce domaine par les pouvoirs publics. Mais cela est en train de changer...

En effet, la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique, votée par la précédente majorité, avait déjà instauré, dans le domaine de l'eSport, un statut légal pour les compétitions. En outre, le principe de la création d'un contrat de travail spécifique pour les joueurs professionnels eSport avait été posé, en attendant le décret d'application. Celui-ci, paru le 9 mai 2017, lançait la possibilité pour les sociétés eSport de demander un agrément. Pour cela, ces entités devaient prouver aux pouvoirs publics qu'elles avaient les épaules solides, avec des moyens financiers, organisationnels et matériels capables de supporter l'entrainement et les compétitions des joueurs embauchés.

Plus de six mois après la publication de ce décret, le ministère des de l’Économie et des Finances et le secrétariat d'Etat chargé du Numérique, ont enfin annoncé, le 5 janvier, le nom des trois premières sociétés à obtenir les agréments. Celles-ci vont pouvoir dès à présent employer des joueurs professionnels en toute transparence. 

Deux de ces sociétés ont pour base la région lyonnaise. En effet, l'Olympique Lyonnais fait partie des heureux élus, tout comme LDLC Event, l'agence de communication dédiée à l'eSport, filiale du groupe de vente de matériels informatique LDLC. Le troisième élu se nomme Gamers Origin. Plus indépendante dans son fonctionnement, puisqu'elle n'est pas adossée à un grand groupe et est spécialisée dans l'eSport, cette team sera donc la première à opter pour les possibilités offertes par la loi de 2016. Elle ouvre aussi la voie aux autres équipes professionnelles françaises, qui pourraient et devraient demander leur agréments dans les prochaines semaines. La Team Vitality, par exemple, a d'ors et déjà annoncé son intérêt pour l’obtenir.

Enfin, du côté des pouvoirs publics, professionnaliser le domaine de l'eSport est de première importance, afin d'offrir au secteur du jeu vidéo les moyens de continuer à créer de l'emploi et générer des revenus dans notre pays.

News